Pour quelles raisons décide-t-on de divorcer ?

Publié le : 02 octobre 20207 mins de lecture

Les raisons pour lesquelles les gens s’engagent dans le mariage sont nombreuses, et au lieu de ce que nous imaginons, ce n’est pas toujours la passion qui unit les couples.

Même si la passion est le premier pas dans les relations, lorsque nous évaluons plus attentivement les unions, les motifs de mariage sont différents, car les contextes diffèrent selon les couples. Ce qui fait qu’il en est de même pour le divorce. Chaque couple peut avoir une raison propre.

Les mauvaises raisons de se marier

Lorsque l’on contracte un mariage pour les mauvaises raisons. On divorce en général pour les bonnes raisons. Si l’on décide de quitter le domicile de ses parents, un lieu rigide ou froid, ou le manque d’affection, à travers une union sans amour ou un mariage calculé, lorsque le manque de sécurité se fait ressentir dans le mariage ainsi contracter, l’envie de changer de cap se fait présent, et le divorce devient une option. 

Lorsque l’on contracte une union pour les mauvaises raisons, la vie commune fera en sorte, tôt ou tard de vous le rappeler. Et ceci, sans que le conjoint n’ai commis de faute, et qu’il y ait des enfants ou non né de l’union (ou du mariage).

Les difficultés pécuniaire

Motif d’un grand nombre de divorce, les difficultés d’argent du couple peuvent être une raison de divorcer actuellement. Que ce soit du fait que l’un des époux ait contracté justement le mariage pour se sortir de difficulté financière. Ou plus subtilement du fait que l’époux ne veuille pas que sa femme travaille alors que le niveau de vie de la famille pourrait ostensiblement s’améliorer. 

Une trop grande attente vis-à vis du mariage

Lorsque l’on contracte un mariage, on pense avoir trouvé la personne idéale, et on vit dans un état d’extase totale, en imaginant que d’une manière ou d’une autre l’on a été récompensé, que l’univers nous a choisis pour vivre cet amour infini. Ce processus dure souvent des mois, parfois des années, jusqu’au jour où l’on ouvre les yeux, et l’on se rend compte que tout s’écroule.

Certaines personnes considèrent le mariage comme la dernière ligne droite d’une série de difficultés. Alors que le mariage est en général une série de compromis. Deux personnes qui se mettent en couple ont certes des points communs, mais certainement des divergences d’opinion, de but, et de principes. Le mariage n’est pas un conte de fées. Dans la relation entre deux personnes, les problèmes personnels, les défauts et les difficultés, doivent être surmontés ensembles par le couple. Si la famille ainsi formé n’est pas soudé, alors les problèmes et les difficultés deviennent très apparents. Le regard sur le partenaire change, l’idéalisation du couple parfait tombe, et nous sommes confrontés à la réalité. L’envie d’échapper au mariage, le besoin pressent d’un divorce s’insinue. Et même sans motifs graves, l’on y pense plus souvent.

Les divergences d’opinions

Lorsque des problèmes s’ajoutent à des divergences flagrante d’opinion avec son partenaire, la situation se complique et une bonne dose de maturité de la part du couple est nécessaire afin de pouvoir regarder et voir quelles sont les possibilités d’avancer sans l’aide du tribunal (procédure de conciliation, faire appel à un juge pour trancher des divergences).

Cependant, il est clair qu’aujourd’hui, avec les changements culturels et sociaux, les femmes se libèrent de plus en plus de l’opinion du mari et gagnent en indépendance. Les mariages ne sont plus un motif de taire ses opinions comme auparavant. De plus, la possibilité de recommencer, de chercher de nouvelles voies sont de plus en plus accessibles.

Le divorce n’est plus tabou

Le taux de divorce a battu un nouveau record dans le pays en 2010, ce qui montre que les couples qui décident de mettre fin à leur mariage optent de plus en plus souvent pour le divorce direct au lieu de passer par le processus de séparation.  Outre les causes communes qui se produisent dans les processus de séparation telles que : trahison, agression physique et verbale, perte d’intérêt sexuel, alcoolisme, abandon, nous constatons aujourd’hui que les gens ont plus de courage pour se déconnecter de leur partenaire, car ils voient qu’ils ne marchent pas en parallèle, mais que chacun a ses propres intérêts, perdant souvent même le lien qui maintient la communication entre le couple.

L’extinction de l’amour

Souvent, lorsque l’amour a été rapidement embrasé, elle se consume rapidement aussi. Beaucoup de couple se sont retrouver du jour au lendemain avec comme bilan la désertification de l’amour. Évaluer l’état du mariage et constater qu’il n’y a plus d’amour, de respect, ni même d’intérêts, est la première étape pour penser au divorce.

Comme notre culture a changé la vision de la séparation, les femmes ne portent plus le stigmate du divorce, ce qui permet d’augmenter le taux de nouveaux mariages. Les mariages dans lesquels au moins un des époux est divorcé ou veuf ont une croissance rapide depuis une décennie déjà.

L’infidélité

Qu’importe tout cela. La première cause du divorce toujours d’actualité est l’infidélité. Un coup d’un soir, un changement d’orientation sexuel, qu’importe la raison de l’infidélité, peu de mariage survivent à cette faute grave. Que le couple tente de se cramponner au respect mutuel, ou fait appel à un juge pour tenter une procédure de conciliation. Souvent le divorce, avec grand coups de bataille d’avocat au tribunal retentit lorsqu’une infidélité (faute grave) a été commis dans un mariage. La loi est d’ailleurs toujours du coté de l’époux bafoué. Des droits à dommages intérêts peuvent même lui être versé.

Le désaccord ou le manque d’harmonie sexuel

Plusieurs pays, et beaucoup de juge, s’accordent à autoriser une demande de divorce pour cette raison. Masqué par les termes incompatibilité d’humeur, le désaccord sur le plan sexuel du couple peuvent inciter l’un des époux insatisfait à dissoudre le mariage par un divorce. La libération des mentalités aidant, beaucoup de divorces sont actuellement enregistré sous ce motif, qui peut être vue comme une faute.

Qu’il y ait consentement mutuel, ou non, faute grave ou non, les procédures de divorces sont de plus en plus facilité. Le juge, et le tribunal sont plus accessibles aux femmes comme aux homme pour une demande de divorce. Le tribunal de certains pays accordent même un divorce par avocat interposés, sans besoin de se retrouver ensemble devant le juge pour le couple à dissoudre. dans d’autres pays, le juge peut même accorder à la femme le droit de divorcer sans le consentement de l’époux.

Plan du site